La bataille des Hauts de Meuse

Nicolas Czubak, jeune historien spécialiste des guerres de 1870 et de 1914, a présenté une conférence remarquable à la Maison Ecole du Grand Meaulnes le samedi 3 mai.

Cette conférence portait sur la bataille des Hauts de Meuse de septembre 1914 au cours de laquelle mourut Alain-Fournier avec 20 compagnons.
Il nous a fait vivre au jour le jour toute la guerre de l’écrivain. Depuis le jour de la déclaration de guerre nous avons suivi le cheminement de son régiment de réserve , le 288ème et plus particulièrement celui de la 23ème compagnie du 6ème bataillon dont Alain-Fournier était lieutenant.
Ce ne fut donc pas une histoire de la guerre mais une histoire des hommes dans la guerre qu’il nous raconta avec force détails. Malgré le grand nombre d’images que nous avons de la première guerre mondiale il nous est difficile d’imaginer cette guerre avant les tranchées, en un temps où les généraux faisaient marcher les hommes comme s’ils jouaient avec des pions. Avec leur barda de 30kgs les fantassins devaient enchainer les marches pour entrer “en contact” avec l’ennemi.
La mort d’Alain-Fournier racontée par Nicolas Czubak est étonnante de réalisme et ne laisse aucune place à la polémique.

Merci à Nicolas de nous avoir autoriser à reproduire cette conférence dont seul le son a été enregistré mais sur lequel son diaporama a été posé. Vous êtes donc invités à suivre les 50 derniers jours d’Alain-Fournier en visionnant le film ci-dessous.

Un commentaire à propos de “La bataille des Hauts de Meuse

  1. Merci à toute l’équipe de nous associer à l’assemblée lors de la conférence sur le déroulement des combats de la Grande Guerre, combats dans lesquels l’auteur du Grand Meaulnes y a laissé sa jeune vie.
    Le récit des événements qui ont conduit à la disparition tragique d’Alain-Fournier et de ses frères d’armes laisse un profond goût d’amertume au fond de soi.
    Une conférence passionnante qui permet de mieux comprendre le cheminement suivi par le régiment.
    Un cours d’histoire comme je n’en ai jamais eu, très bien mené, bien illustré, précis et complet qui tient en haleine et qui me fait vibrer d’émotion.
    Françoise du Nord

Laisser un commentaire