Le film de Jean-Gabriel Albicocco


 

http://i2.wp.com/images.dvdfr.com/images/dvd/cover_200x280/8/8377.jpg?resize=200%2C280

Le DVD du film est disponible sur notre site ou à la boutique pour 15€ (+2€ d’envoi)

Tarif préférentiel de 10€ pour les  ADHERENTS

Interview de Brigitte Fossey en 1966, parle de son rôle dans le film Le Grand Meaulnes, une archive de la Télévision suisse romande

Cinéma vif – 30.11.1966 – Journaliste: Rodolphe-Maurice ArlaudRéalisateur: François Bardet – 1’50

 

Alain Rivière évoque Jean-Gabriel Albococco

Un beau jour de septembre 1964, nous vîmes arriver ma mère et moi , un charmant jeune homme au sourire enjôleur qui se présenta comme étant cinéaste  et désireux de faire la connaissance de la soeur d’Alain-Fournier.  Il était venu de Paris, avec un ami pour rencontrer ma mère dans le Tarn où elle habita jusqu’à sa mort.

Il arrivait auréolé de son premier succès : La fille aux yeux d’or, adapté de Balzac, avec Marie Laforêt qu’il avait contribué à lancer et qu’il avait épousée.

Après quelques préambules, je lui posai la question pour laquelle il était visiblement venu : “Que diriez vous si l’on vous proposait de porter Le Grand Meaulnes à l’écran ?”

Depuis trente ans, ma mère avait toujours découragé les metteurs en scène qui souhaitaient  faire Le Grand Meaulnes. Aucun ne pouvait admettre ses exigences.

Albicocco répondit aussitôt  : ” Tout d’abord, je n’aurais garde de me priver de votre concours, Madame, et c’est avec vous que je veux travailler. Par ailleurs,  je ne choisirais pas de vedettes confirmées mais de jeunes comédiens n’ayant pas encore de nom. Enfin je tournerai selon les saisons qui sont indiquées dans le roman.”

Ma mère, ravie de ces conditions, demanda s’il lui serait possible de visionner le film d’Albicocco : quelques semaines plus tard, il la fit venir et elle put le voir dans une salle de Castres. En sortant, elle lui dit : “Vous pouvez faire le film, parce que vous avez l’esprit d’enfance.”

C’est ainsi que naquit une grande et belle histoire dont tous les partenaires gardèrent un souvenir ému. Dès le début , ma mère fut présente quotidiennement , aussi bien pour le recrutement des acteurs, la rédaction du scénario , que sur le plateau de réalisation. Elle devint rapidement pour tout le monde : “tante Isabelle”, à tel point que lorsque que Albicocco l’appelait “Madame” , tout le monde se taisait, sachant qu’un différend allait les opposer vivement et que Jean-Gabriel allait rentrer dans une de ses colères mémorables. Puis le soleil recommençait à briller et tout repartait dans la joie.

J’ai pu apprécier sur le tournage l’exigence de Jean-Gabriel, reprenant les scènes un nombre inouï de fois jusqu’à ce que tombe le verdict attendu : ” C’est dans la boite” …

Albicocco fit des jaloux dans le milieu et rien ne lui fut épargné. On ne lui pardonnait  pas d’avoir été choisi à 29 ans par une vieille dame qui avait refusé Le Grand Meaulnes à tant de plus “grands” que lui. La malveillance l’obligea finalement à s’expatrier au Brésil où il vécut jusqu’à sa mort , survenue il y a deux mois ( NDLR : Jean-Gabrie Albicocco est mort le 10 avril 2001)  à  Rio de Janeiro, au terme d’une longue maladie.

Adieu Jean-Gabriel ! Tu nous as laissé un souvenir inoubliable bien au dessus de la qualité de ton film, toi qui avais fait, pour nous, le pari d’un “vrai”  Grand Meaulnes.

Alain Rivière

Bulletin des amis de Jacques Rivière
et d’Alain Fournier
2ème Trimestre 2001

 

 

Laisser un commentaire